Estérel, ONF et RBI

 

- Situation 2014 -

 

A la demande du SIPME, l'ONF a exposé le principe, les objectifs et modalités de gestion d’une Réserve Biologique Intégrale, dite RBI.

 

Le principe de RBI exclut quasiment toute opération sylvicole mais impose néanmoins la gestion des risques naturels (incendies...).

L'acccès du public n'est pas systématiquement interdit, mais les activités des usagers peuvent être restreintes, voir prohibées.

La RBI de l'Estérel inclut, entre autres, les sites d’escalade renommés du Roussivau et du Perthus, et concerne toutes les activités de pleine nature.

 

Il faut préalablement savoir que l'ONF a :

 

- mis en place en 1980 trois Réserve Biologique Dirigée (RBD version allégée de la RBI) aux Suvières, Perthus et Mal Infernet sur 493ha.

 

- regroupé et étendues en 2008 ces RBD en une seule entité – 1300 ha avec interdiction de chasse.

 

- élaboré le projet actuel qui s'étendrait maintenant sur 2055ha avec le souhait d’une continuité territoriale entre le cœur du massif et le bord de mer (Cap Roux).

 

Quels sont les résultats scientifiques de ces 34 ans de gestion en réserves, combien d'espèces sauvées, quelles nouvelles espèces apparues, combien d'espèces invasives éradiquées... ?

Quels sont les connaissances, les enseignements et autres résultats retirés de la mise en place des RDB ?

 

 

Nous n'avons connaissance d'aucun étude, ni résultat.

 

On peut donc légitimement s'interroger sur les véritables raisons et les motivations profondes qui poussent à la RBI, alors que :

- le site est déjà classé,

- il bénéficie déjà du cahier des charges Natura 2000.

 

 

D'autant, qu'avant la RBI il y a déjà la RBI : alors qu'elle n'est pas officiellement mise en place, 60.000€ de panneaux  ont été installés par l’ONF en définissant déjà une RBI (+15.000€ supplémentaires pour corriger une erreur que nous avons signalée).

 

Parallèlement, l'ONF lance une campagne de mise en place de panneaux interdisant la pratique du VTT sur de nombreux chemins. Signalisation dont la cohérence nous échappe, alors que par ailleurs, des chemins interdits dans le périmètre Natura 2000 ont été ouverts pour la Raider Cap Esterel VTT 2014.

 

Un article dans un magazine communal local insiste sur les dégâts causés par les VTT « qui ne sont que tolérés » : les études d'impact réalisées ailleurs ne le démontrent pas.

 

Et que vaut la notion de "tolérance" en droit ?

L'accès ne doit-il pas être autorisé, ou pas ?

 

Jamais on ne parle de l’absence d’entretien du massif, du défaut de balisage, de l’abandon des sentiers, du manque de coordination des différents propriétaires fonciers... et d’autres problèmes que notre enquête confirme d’une manière éclatante, comme le manque de moyens mis en œuvre, la méconnaissance ou le déni du capital économique du massif... des sujets pourtant bien identifiés dans les dossiers du SIPME et de la CAVEM.

 

 

 

 

 

 

NOUVELLES ENQUÊTES de

 

FRÉQUENTATION 2016 / 2017

(Cliquez pour y accéder)

 

 

------------------------------------------

RÉSULTATS de l'ENQUÊTE DE FRÉQUENTATION qui avait été réalisée en 2014/2015 par le 

"Club Alpin Français de l’Estérel, acteur sportif historique de l'escalade depuis 50 ans , 

* Plus de 800 réponses d’usagers,

* Plus de 50 réponses de professionnels,

* Plus de 600 personnes qui veulent être tenus informés,

* Plus de 570 personnes prêtes à une ou plusieurs journées d’actions bénévoles, soit au minimum 1000 journées !

- L’enquête lancée par le Bureau d’Etudes de l’ONF en 2012 : 120 personnes interrogées dont 51 sur le terrain (Chiffres SIPME) -

 

 

Pour une information complète voici les liens vers :

 

 

Le site Estérel Natura 2000 de la CAVEM

 

Le site du S.I.P.M.E.

 

 

La Charte de Territoire du Grand Estérel

 

Le CAF ESTÉREL

À l'initiative du collectif EPT